Motion du 6 novembre 2008

Publié le par Collectif Psychologues Descartes

Motion adressée à Monsieur Axel Kahn
Président de l’Université Paris Descartes

Les personnels de l’Institut de Psychologie réunis en Assemblée générale le Jeudi 6 Novembre 2008, expriment leur ferme opposition au Décret L 954.1 et L 954.2 relatif aux  modifications du statut des enseignants-chercheurs. Ce décret n’est que le énième avatar de projets ( cf., Rapports Espéret 2001, Belloc 2003 et Schwarz 2007) fortement rejetés dans la communauté universitaire.

Sous couvert d’une « reconnaissance de tous les aspects de la mission d’enseignant-chercheur », ce décret n’a d’autre finalité que celle de gérer, à budget constant, le déficit de personnel qui résultera des suppressions d’emploi liées au non remplacement des départs en retraite, dans les Universités et les Organismes de recherche.

Ce décret instaure une modulation du service des enseignants-chercheurs, dont aucune règle ne garantit l’absence de gestion arbitraire, voire abusive, par le président d’université. Au mieux, on peut s’attendre à une concurrence interne délétère et improductive, dans laquelle l’allègement des charges d’enseignement des « gros publiants » ne tiendra qu’à l’accroissement de celles des « moins publiants », qui se verront définitivement rangés dans une catégorie dont rien ne prévoit qu’ils pourront sortir. Dans cette perspective, c’est le fondement même de la pratique universitaire - faite de collaborations, d’échanges et de concertations - qui se trouve anéanti, au profit de logiques individualistes.

Outre l’instauration infâmante d’un enseignement-punition, (les meilleurs recherchent, les autres étant toujours assez bons pour enseigner), le décret ouvre la voie à l’attribution discriminatoire de primes, la corvéabilité de personnels précaires, et il marchande le tarissement des Organismes de recherche par des récompenses symboliques (chaires « d’excellence »), et/ou autres gratifications sonnantes et trébuchantes.  

Les personnels de l’Institut de Psychologie demandent donc au Président Axel Kahn de s’opposer à ce décret et d’entamer une concertation avec l’ensemble de ses personnels, qui font exister l’université. Dans le cas contraire, la mobilisation à Paris Descartes et au niveau national ne pourra que se renforcer. 

78 signatures

Publié dans Nos actions

Commenter cet article