CR Réunion SLU du 17 janvier 2009

Publié le par Collectif Psychologues Descartes

Compte-rendu subjectif de l'AG de Sauvons l'Université (SLU), ce matin 17/01/09
qui sera peut-être complété par ceux qui étaient avec moi :
1ère remarque : que nous sommes biens lotis à Boulogne en comparaison avec ce morceau de Paris 7 coincé entre un centre commercial et des tours HLM sur une dalle de béton (aux Olympiades, 13ème)...
Pas compté mais environ 50 participants venus de toute la France, à l'appel de SLU qui avait invité aussi SLR (mais je n'en ai pas entendu prendre la parole). Personne d’autres de psycho à priori.
Message clair du Président de SLU (Mr Fournel, Paris 8) :
SLU n'a pas vocation à organiser la Coord. Nationale mais y participera bien entendu jeudi 22 prochain.
Appel SLU du 08/11 : 17 650 à 17 700 signatures d'individus + celles des collectifs = 20 000 signatures environ. C'est bien mais pas assez !
SLU a obtenu facilement adhésion des sociétés savantes et des syndicats du supérieur et de la recherche mais regrette de ne pas avoir reçu la signature et l'adhésion des syndicats du primaire et du secondaire, en dehors de SUD Education ! Ils ont cherché à avoir des politiques et des personnalités : peu de succès (une 20taine de députés et 1 académicien sur 400)
Compte-rendu des dernières nouvelles CNU et Pécresse.
Grand débat au départ sur la question d’associer les luttes ou non (mastérisation, IUFM, décret sur nos statuts notamment) : majorité des personnes pour la convergence de ces luttes car mêmes types d’attaques partout ET force de l’union (sinon, risque de division). Minorité contre : 1 représentant des agrégés de lycées et 1 représentante de l’Union laïque de la famille (par peur de ne pas pouvoir expliquer cela aux parents d’élèves et aux élèves notamment).
Puis accord assez général sur la convergence des luttes d’où discussions sur actions importantes vers les étudiants, les lycéens, les collègues du primaire et du secondaire, etc.
Point sur les actions actuelles : au moins une 40taine de facs ou départements, UFR, etc. s’engagent dans la rétention de notes selon SLR (il me semble qu’il y en a beaucoup plus sur le site de Lille qui recense toutes les motions, actions, etc.). Rétention des notes difficile à tenir pour certains (concours, CAPES, etc.)
Discussions sur d’autres modalités : grèves des enseignements au 2d semestre ET surtout blocage de tous les lieux et instances où l’on a besoin de nous sans forcément démissionner (pour continuer à nous faire entendre) mais en menaçant de démissionner à tout moment et sans prévenir trop à l’avance de qui et où = importance d’agiter cette menace !!
Points sur les actions en cours un peu partout, rien de très nouveau. Nous avons relaté nos actions à l’Institut et parlé de l’appel des appels, avec appel au RDV du samedi 31/01. Nous avons donné nos contacts et recevrons des infos.
Insistance sur l’importance des contacts entre facs pour ne surtout pas accepter la mise en concurrence, la division…
Nouvelle idée lancée : nuit des universités qui pourrait avoir lieu en même temps que la nuit des IUFM le 03/02/09 !!!!!
Benoît, Vincent et moi avons quelques idées à vous soumettre oralement là-dessus si ça démarre…
Vers la fin : Convergence vers un appel à la grève des enseignements du 2d semestre lancé par SLU (énoncé par le président de SLU lui-même)… Nous verrons s’il le lance sur leur site. ET organisation d’un comité « Damoclès » pour organiser des actions et des mots d’ordre !!
************
Bref, matinée plutôt intéressante, qui montre (de mon point de vue) que nous restons dans le pôle des plus organisés et actifs sur le plan national au niveau des facs, l’autre pôle serait celui qui est contre le décret mais qui ne parvient pas toujours à mettre les Enseignants Chercheurs en action alors qu’ils signent les motions…
CD

Compléments de VE:
--------------------
1 le niveau de mobilisation ne cesse de croître;
2 Ne nous laissons pas impressionner par les ravages de la culpabilisation qui accompagne la casse directe de nos statuts;
3 La question des concours (CAPES, etc...) est étroitement liée à la démolition directe de nos statuts. Frapper les concours, c'est démolir les fonctions, liquider la qualité scientifique de nos spécialités, et précariser les agents de la fonction publique (multiplication des vacations comme à la Poste);

Ce n'est pas une "réforme" mais une entreprise de démolition visant à détruire progressivement l'Enseignement Public du premier niveau (maternelles qui deviendront des crèches privées) jusqu'au dernier (recherche qui sera adossé à des firmes et sponsors qui décideront de la rentabilité des recherches entreprises).
Expliquer aux étudiants et au Public que si nous faisons grève, c'est pour défendre les valeurs d'un enseignement public de qualité pour les générations à venir.
Etrange constat:
contre la LRU, beaucoup d'étudiants mobilisés, peu d'EC; contre ce décret, beaucoup d'EC mobilisés, peu d'étudiants.
Nécessité d'union, nécessité de dire que l'on n'est pas d'accord avec la systématisation de la seule logique comptable et de concurrence. 
Nécessité d'affirmer que nous soutenons sur ce dossier le modèle d'une exception française (avec sans doute l'intérêt de demander des soutiens à nos collègues étrangers)
L'idée d'un "non début de deuxième semestre" commençait à germer à la fin de la réunion.
La question de la menace de bloquer la machine (ne rien communiquer à l'adversaire des modalités d'action, mais faire planer la menace, la
dissuasion: être capable de bloquer la machine au moment venu).


Publié dans Nous informer

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article