Motions des AG du 3 février 2009

Publié le par Collectif Psychologues Descartes


L'AG des personnels de l'Institut de Psychologie (Université Paris Descartes) du 3 février a voté son soutien aux 3 motions de la Coordination Nationale :

Motion 1 : unanimité (50 présents)

Motion 2 : 43 pour, 2 contre, 5 abstentions

Motion 3 : 47 pour, 3 abstentions


L'AG a par ailleurs décidé de ne pas appeler les Conseils Pédagogiques de Licence et Master à la vigilance pour la non pénalisation des étudiants, ceci allant de soi. Des garanties ont été données aux deux AG (personnels et étudiants) par les responsables de ces instances.


Rendez vous est pris pour une AG personnels le mardi 10 février à 10H45 en Anzieu.


L'AG des personnels et étudiants de l'Institut de Psychologie (Université Paris Descartes)du mardi 3 février a voté son soutien à la Motion 3 de la Coordination Nationale, augmentée de la façon qui suit (pour environ 600, 4 abstentions, 0 contre - avec les modifications en gras-italique ci-dessous) :


* Motion n°3 *

Depuis près de deux ans, le Ministère de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche a décidé et fait voter à la hussarde une série de « réformes » sans aucune négociation :

- la loi LRU ;

- la transformation radicale des organismes de recherche en agences de moyens ;

- le pilotage, par le pouvoir politique, de la Recherche et de l'Université ;

- la remise en cause des statuts nationaux ;

- le démantèlement des concours nationaux de recrutement des enseignants des premier et second degrés, et le projet de « mastérisation » de la formation des enseignants ;

- le projet de contrat doctoral.


Parallèlement, le Ministère a supprimé 1090 postes et développé la précarité des enseignants-chercheurs, des chercheurs et des personnels administratifs, techniques et de bibliothèque, ainsi que des étudiants.

Pour mettre fin à cet autoritarisme, la Coordination Nationale des Universités réunie le 2 février 2009 exige :

- le retrait du projet de décret sur les statuts des enseignants-chercheurs, et la restauration des cadres nationaux des diplômes et des statuts ;

- le retrait de la « réforme » de la formation et du recrutement des enseignants des premier et second degrés ;

- le maintien des concours de recrutement des enseignants du second degré à Bac +3 ;

- l'arrêt du démantèlement des organismes de recherche et de la fonction publique en général ;

- le retrait du contrat doctoral ;

- la restitution des postes supprimés et la résorption de la précarité chez les enseignants, les chercheurs, les BIATOSS et ITA par un plan pluriannuel de création de postes ;

- Le retrait de la réforme de l'allocation des moyens, pour un financement 100% public ;

- la titularisation des personnels contractuels.


La Coordination Nationale constate que toutes ces contre-réformes résultent de la loi LRU. En conséquence, elle demande en urgence que la communauté universitaire et le monde de la recherche soient consultés sur une nouvelle loi garantissant démocratie, collégialité, indépendance et liberté, car l'Université n'est pas une entreprise et le Savoir n'est pas une marchandise.


Par ailleurs

Le Président de l'Université a fait part de son désir de recevoir une délégation d'étudiants. L'assemblée a donc décidé de l'inviter à une prochaine AG (600 pour, 4 abstentions)


-----------------------------------------------

L'AG des étudiants a voté le blocage à partir de mercredi 4 février matin de l'accès aux cours










Publié dans Nos actions

Commenter cet article