Intervention de M. Varet, vice-président du conseil scientifique de l'université Paris Descartes, lors de la clôture de la journée doctorale de la faculté de sciences humaines et sociales, le m

Publié le par Collectif Psychologues Descartes

Intervention de M. Varet, vice-président du conseil scientifique de l'université Paris Descartes, lors de la clôture de la journée doctorale de la faculté de sciences humaines et sociales, le mercredi 12 mars 2008.

 

 

 

M. Varet :


« Euh... bonsoir, je ne suis pas sûr que vous soyez (inaudible) de m'avoir invité. On va voir ! Euh...je ne suis pas du tout du tout du tout dans le domaine de la (...) Sociologie. Et euh...je n'ai pas l'éloquence des professeurs de la faculté des sciences humaines et sociales de de Paris Descartes-Sorbonne euh que vous avez. Donc je suis vice-président du conseil scientifique de l'université, je suis médecin, euh... je suis aussi chercheur, et euh... et comme le sait (inaudible) dont je me suis beaucoup intéressé dans certaines formes d'enseignement moderne.

En théorie on ne doit pas être très éloigné de nos préoccupations parce que la sociologie et la médecine, euh..., la société et la médecine euh... ont euh... beaucoup de euh... euh...données communes et euh...je pense qu'ont peut le regretter ... mais on le regrette quand on est un vieux médecin comme quand on est un jeune qu'il n'y ait pas plus d'enseignements de la sociologie pour les médecins. Ceci étant euh...on est surtout euh... des praticiens, des hommes de terrain et euh...pas des théoriciens et que j'entends qu'ici on est surtout (...) dans le (...) théorie et euh...j'ai surtout du mal pour mon niveau conceptuel, de travailler ça dans l'enseignement, d'aller, d'aller aussi haut voilà....

Alors euh...je voudrais vous dire aussi au cas où vous ne sauriez pas que l'université Paris-Descartes euh qui a beaucoup changé de nom euh...donc mais enfin maintenant c'est Paris-Descartes en principe sans Sorbonne euh...pour éviter... les malentendus avec les nombreux voisins qui s'appellent Sorbonne-quelque chose, euh... a un nouveau président depuis début janvier qui est un médecin et scientifique et qui a beaucoup d'ambition pour son université et il a aussi beaucoup d'ambition pour SA faculté de sciences humaines et sociales

Et comme certains le savent il a regretté quand dans un classement récent qui n'est pas de Shanghai mais de l'Institut Montaigne notre faculté de sciences humaines et sociales n'apparaisse pas alors que celle de Paris-Diderot apparaisse, une université en principe plus scientifique que la notre.

Alors moi j'étais frappé en vous écoutant euh dans le (...) on parle beaucoup de passé. Le passé c'est important parce que faut savoir ce qui a été fait pour pas refaire la même chose, ou des fois redécouvrir ce qui a déjà été découvert, ou refaire des travaux qui ont déjà été fait...mais...euh (sirènes) C'est la police c'est pas le Samu ! Mais ce qui compte maintenant c'est le devenir de la faculté des sciences humaines et sociales...et où est le futur Dürkheim !!(Hum : tousse). Voilà ! donc je sais aussi que c'est une journée d'étude et de recherche de l'école doctorale euh je vois qu'il y a ici des jeunes et des moins jeunes, et je voudrais faire part aux jeunes, que je suppose doctorants, de l'évolution quand même très, très importante qui se produit dans la société universitaire bureaucratique française, concernant le doctorat. Il y a dans cette université un...ce qu'on appelle un collège d'école doctorales, école doctorale...(sirènes) et nous avons des discussions régulières avec le responsable de votre école doctorale et les gens qui sont responsables de l'école doctorale dont certains de biologie d'autres euh...encore plus scientifiques et euh également l'école doctorale de psychologie et l'école doctorale de droit. Et c'est assez intéressant de, de voir les différences d'appréciations qu'il peut y avoir sur euh qu'est-ce que c'est qu'un doctorant et à quoi ça sert d'être docteur, Euh docteur en l'occurrence de, de l'université Paris Descartes ou euh... docteur d'autres universités. Et euh...que...euh...sans sans pour autant que, que, que le fait euh d'être docteur... veuille dire que, euh...l'on a fait ça pour gagner une profession, comme on l'entendait, tout à l'heure, parce que les sociologues sont essentiellement préoccupés de leur avenir, mais l'ensemble de la société est dans cette situation.

Et euh....le...la notion de docteur d'université, nous pensons que c'est quelque chose qu'il faut absolument revaloriser, pour le revaloriser, il faut lui redonner de la valeur. Ca veut dire quoi être docteur ? (bien entendu ?) et ceci quelle que soit la discipline, ça veut dire qu'on s'est posé une question qu'on a jugé importante, que les professeurs, directeurs d'école doctorale, ou directeurs de thèse qui euh contrôlent ça, considèrent effectivement et la jugent importante et qu'on s'est donné les moyens d'y répondre, d'essayer d'y répondre. Si c'est très simple et qu'on y répond en six mois, c'est pas une thèse, mais si ça doit durer vingt ans c'est beaucoup plus qu'une thèse. Euh et donc euh...il faut aussi introduire la notion que on est capable de choisir une question à laquelle on peut répondre dans un temps raisonnable, parce que si c'est un temps qui est (il)limité, euh...alors on peut encore appeler ça une thèse, mais actuellement on considère pas que c'est une thèse, donc c'est une question importante à laquelle on doit pouvoir répondre, ou essayer d'y répondre, on peut pas forcément toujours répondre aux questions (....) que l'on se pose, mais a priori dans un temps qui relativement limité. Pour un débat important au sein de l'université, qui est aussi un débat qui est un débat mondial (...), C'est quelle est la durée optimale de la thèse ? et comme vous le savez euh...les décisions qui ont été prises au niveau de l'université, c'est une thèse qui ne devrait pas dépasser quatre ans, euh et à titre exceptionnel, s'il y a des raisons particulières, vous pourriez aller jusqu'à cinq ans, mais pas au-delà. Hein. Je vous dis cela, parce qu'il faut pas que ce soit une surprise, maintenant c'est décidé comme ça ! Et je pense que c'est sain, parce que si on veut que le terme docteur de l'université de Paris Descartes ait de la valeur il faut que cette valeur soit quelque part mesurable dans le fait qu'il y a un travail qui a été fait dans un temps donné qui a aboutit également à des résultats publiables, qu'est-ce que c'est que la publication, ça dépend des domaines, je vais pas rentrer dans ce débat, personnellement ...

Voilà donc euh...nous tenons beaucoup à cette revalorisation du titre de docteur, pour l'ensemble de notre université et qu'être docteur de l'université ce soit un label de qualité.



Doctorante O :

C'est-à-dire que les gens qui ont fait des thèses en dix ans en fait c'était pas bien ?


M. Varet :

 

Le problème c'est que le passé est le passé. Si on fait une thèse en dix ans parce qu'on y travaille deux heures par jour, parce qu'on fait autre chose en même temps, c'est pas tout à fait la même chose....


Une doctorante C et d'autres:


Parce que l'on doit gagner sa vie Monsieur...


Une professeure  AM:


Dans le doctorat d'État c'est dix ans,


M. Varet :

Oui mais on est plus dans le doctorat de l'état. On est dans la nouvelle thèse. Et dans le monde entier c'est comme ça !


Doctorante O :

Ce qui supposerait dans le cadre de la nouvelle thèse qu'on la fait en quatre ans en étant rémunéré par l'état pour la faire, et autant que je sache moi je suis payée par personne.


M. Varet :

Oui mais d'accord mais sachez que dans les écoles doctorales de biologie ou autres, ne sont acceptés comme doctorants que les personnes qui ont un financement de l'état.

(tumultes)


M. Varet :


Je sais très bien que c'est pas pareil ! Je sais très bien que c'est pas pareil (fort) !


(clameurs)


M. Varet :


Attendez moi je veux bien qu'on en discute, je suis venu faire la conclusion, maintenant je veux bien qu'on est un débat fondamental là-dessus. Ca ne me gène absolument pas !

La question c'est qu'est-ce que c'est qu'un doctorant ? Qu'est-ce que c'est qu'un docteur ? Quelle valeur ça a sur le marché ? Si c'est avoir mis dix ans à répondre à une question à laquelle personne ne s'intéresse !


(Tumultes !)


Une professeure AM:


Ce n'est pas cela la recherche...


M. Varet :


Parce que vous n'êtes pas sur le marché, c'est bien ce que je dis s'il y a pas, si c'est pas, il faut trouver un autre titre pour les thèses qui se font dix ans. Mais qu'on appelle pas ça docteur.


Une professeure AM :


Mais ce n'est pas cela Monsieur... ce n'est pas cela...

 

M. Varet :


Je ne suis pas du tout étonné que cela entraine ces réactions. Et que vous soyez éventuellement furieux.

Alors je termine...juste un mot pour vos donner d'autres informations. C'est que dans ce pays, la bureaucratie pense que c'est important que au moins une partie des doctorants soit ouvert sur le fait que y a des débouchés professionnels. Euh...voilà ! Je vais arracher les cheveux de la tête...mais voilà et donc dans le cadre de cette université Paris Descartes à laquelle vous appartenez, alors maintenant si vous n'êtes pas contents d'y être vous pourriez peut-être aller à la Sorbonne !

Le...euh...on a mis en place des doctoriales, qui sont financées en partie par le ministère en partie par l'association Bernard Grégory qui est une association qui s'intéresse aux doctorants et à leur devenir, et dont l'objectif est de regrouper des doctorants de différentes spécialités pour que pendant quelques jours ils réfléchissent ensemble. Voilà donc je vous invite à, je parle aux doctorants, à y participer et cette année ça va être des doctoriales qui vont être P1, P5, P7 regroupant les trois universités partenaires du futur (....presse ?) paris centre université. Voilà je dis ça parce qu'on est dans une réunion de l'école doctorale SHS. Voilà ! Maintenant on peut avoir un débat sur les thèses, hein ?

 

Une professeure A :


Monsieur Varet, je ne vous ai pas vu depuis le conseil d'administration et vous savez que je ne siège plus, donc je peux prendre la parole. Vous nous invitez à un débat que je crois que les doctorants et ceux qui ont déjà soutenu, souhaiteraient quelques, précisions non, puisque les décisions ont été prises, mais je pense que ce que certains d'entre nous avaient dit au conseil d'administration c'est-à-dire que depuis des années on aligne de manière autoritaire venant de la part du ministère, les doctorats et toutes les sciences humaines sur ce qui se fait régulièrement en science, et vous avez dit scientifique tout à l'heure, quand vous avez dit « les biologistes sont, et ceux qui sont encore plus scientifiques », ce qui supposerait que nous nous ne le sommes pas ! Euh donc voilà ça c'est une première chose


M. Varet :


J'ai dit plus scientifique que les biologistes !


Professeure A :


Oui plus scientifique que les biologiques, c'est-à-dire qui est encore plus scientifique, comme nous on était avant, nous ne savons plus où nous sommes placés, ça c'est un acte de discours, ça.


M. Varet :


Ben oui les physiciens par exemple.


Professeure A :


Il nous semble qu'il est légitime comme nous l'avons fait, certains d'entre nous, au conseil d'administration, de considérer qu'effectivement, les euh que les...il est légitime que nos doctorants réagissent. Parce que ce que vous savez, et ce que tout le monde sait, c'est pas la peine non plus de se faire, de se ce cacher ou de se mettre des œillères, c'est que effectivement les doctorants dans les sciences dites dures ont plus de facilité pour faire leur thèse. Dans les sciences humaines ça n'est pas le cas. Alors on peut dire qu'on va supprimer les sciences humaines, vous pouvez nous dire que si nous ne sommes pas contents on peut aller à la Sorbonne, mais nos étudiants sont là et nous sommes là !

Donc et je pense que lorsqu'on avait demandé effectivement un certain nombre de dérogations parce que nos étudiants travaillent, nos étudiants n'ont pas nécessairement de bourses, et autres on ne va pas leur dire « ne faites jamais plus de thèse ! » Alors moi je comprends qu'ils ne soient pas contents et comme je n'étais pas contente au conseil d'administration et que je l'ai dit, et que vous m'avez toujours dit je parle trop, je parle tout de même, puisque l'occasion m'en est donnée ...


Applaudissements


M. Varet :


Je tiens à préciser qu'aux séances du conseil de l'administration, j'ai présidé par intérim deux fois, ça n'a tout de même pas été une vie très, très dure entre nous deux !


Professeure AM :


Alignement mondial ou alignement sur les sciences dures pose question ! Ca pose question ! C'est pas si simple quand même ! Alors vous cherchez un nouveau Dürkheim ? Ca va être difficile ! Hein ! En trois ans !


Doctorante C :


Les deux heures de thèse par jour, je trouve cela très méprisant de votre part ! Le travail que vous nous avez dit être de deux heures de travail par jour, je trouve cela très méprisant.


M. Varet :


Je ne sais pas j'ai dit cela par hypothèse !


Doctorante C :


C'est une hypothèse, oui. Mais c'est une hypothèse très méprisante.


Doctorant X :

Excusez moi, je suis chercheur, je suis apprenti chercheur en sciences sociales, je voudrais savoir, peut-être que je suis le nouveau Dürkheim, je sais pas, je voudrais savoir ce que vous proposez concrètement, pour favoriser l'émergence d'un nouveau Dürkheim ?


M. Varet :


Je ne pense pas que ce soit à moi de le faire honnêtement.

 

Doctorant X :


Non mais vous êtes là pour en parler.


M. Varet :


Je pense que c'est au sein de cette faculté, que c'est au sein de cette faculté qu'il doit y avoir la réflexion, et qu'on se donne les moyens, alors si c'est son objectif, ça peut ne pas être ses objectifs.


Doctorant X :

Alors quels pourrait être ces moyens ?


M. Varet :


Des moyens intellectuels d'abord !


Professeure AM :


Mais on les a les moyens intellectuels ! Mince ! On les a les moyens intellectuels !


M. Varet :


Attendez on est dans le...


Professeure AM :


Qu'est-ce que c'est que ça ! C'est comme si on les avait pas! Enfin ! C'est injurieux cela Monsieur !


M. Varet :


Mais c'est absolument pas ce que je veux dire... Mais Madame c'est absolument pas ce que je veux dire... ! Je comprends bien que...mais j'ai pas voulu dire ça, j'ai voulu dire que...une réflexion au sein de cette faculté, ça s'appelle un moyen intellectuel, la réflexion si je ne me trompe, sur qu'est-ce que doit être une faculté de sciences humaines et sociales en 2008, c'est ce que je veux dire être un moyen intellectuel, je n'ai aucun doute sur vos capacités intellectuelles.



Professeure C :


Permettez que je passe la parole, Voilà maintenant je vais passer la parole à Monsieur Valade pour qu'il clôture la journée.


(rires de l'assemblée)


Publié dans Nous informer

Commenter cet article